Peter Wolf : Come as you are (1987)

♥♥♥♥

Je viens d’acheter cet album en vinyl pour 2 € chez un disquaire d’Amsterdam.
Mais comment est ce possible que l’on trouve quasiment rien sur Internet sur cet album, hormis sur le morceau « come as you are » qui a été en son temps, et aux Etats Unis un gros tube et un clip sympa.
Cet album du Loup sorti en 1987 est, comme toute sa discographie, remarquable. Dans la pure tradition de ses albums solos. Un peu plus sophistiqués (au sens moins brut) et plus arrangés  que les albums du J GEILS BAND mais avec presque autant d’énergie.
Quel gifle ! en particulier la face A. avec l’enchaînement « can’t get started », « Love on ice », « Thick as thieves » et « blues avenue »
Le riff de « Thick as thieves » ouahhhh. rien entendu de pareil depuis celui de « Walk this way  » d’Aerosmith.
Cet album m’a convaincu de compléter ma collection des albums solos du Loup furieux

Un très bel album oublié de la fin des années 80 !

Steely Dan : Can’t buy a Thrill

♥♥♥♥

Pour un premier effort,  les fondateurs et compositeurs principaux du groupe, Donald Fagen et Walter Becker, ont fait très forts. L’album n’a quasiment pas de point faible et est le premier né d’une série d’albums absolument unique dans le monde musical. Quelqu’un a t’il fait mieux que cet enchaînement de 6 fabuleux albums, jusqu’à la dernière pièce Aja ?

Sur cet album, on y trouve deux gros classiques du groupe : Do It Again (qui ouvre l’album), longue chanson au climat latino à la Santana et génial Reelin’ In The Years, qui ouvre la face B, que l’on peut qualifier de premier ‘tube’ du groupe. «Reelin ‘in the Years» est un véritable classique du rock ! avec ce solo de guitare de Elliot Randall passé à la postérité !!

 Dirty work est également un très beau morceau, plein d’émotions. Sur ce morceau, ce n’est pas Donald Fagen au chant. Donald n’était pas encore confiant dans son chant et il a choisi de partager les fonctions vocales avec David Palmer sur cet album.

Voir à quel point, ils avaient leur son et leurs airs au début de leur carrière est assez impressionnant. Le style unique de Steely Dan transcende bien au-dessus des conventions traditionnelles de ses contemporains (et successeurs) du rock. Moi, ce qui m’impressionne le plus dans ce groupe c’est la modernité des sonorités. Aucun de leurs albums des 70’s n’a pris une ride.

Personne ne devrait s’attendre à ce qu’un premier album soit parfait et Can’t Buy a Thrill  a ses imperfections. Ce que vous cherchez vraiment dans un premier album, c’est la fraîcheur, le potentiel, quelque chose de différent et d’excitant. Steely Dan a livré tout cela et plus dans Can’t Buy a Thrill, 

Bien que le groupe ait cessé de tourner complètement en 1975, ils ont produit suffisamment d’albums acclamés par la critique pour en faire l’un des meilleurs groupes des années 1970.

Terry Dolan : Terry Dolan (1972)

♥♥♥♥

Terry Dolan a fait un disque en 1972 qui n’est jamais devenu un disque. Au moins pas jusqu’à quarante-quatre ans plus tard.

L’histoire de la musique est parsemée d’albums perdus mais que faire si non seulement un album de référence a disparu à temps, mais avec lui un artiste et le potentiel de toute une carrière?

Né et élevé dans le Connecticut, Terry Dolan a pris une guitare à l’âge de 14 ans, absorbant des chansons de Hank Williams et Leadbelly. Inspiré par la scène folklorique naissante du début des années 60, il a abandonné l’université pour poursuivre une carrière. En 1965, il s’installe à San Francisco, trouvant rapidement une place dans les cafés de la ville

Cet album et unique album de Terry Dolan a été coproduit par Nicky Hopkins et Pete Sears (un multi-instrumentiste figurant sur les premiers travaux de Rod Stewart). Il comprenait un casting de rêve de musiciens de la côte ouest des années 70.

Excusez du peu :

Terry Dolan – Guitar, Vocals
*John Cipollina – Guitar, Slide Guitar
*Angie Dolan – Handclapping
*Greg Douglass – Guitar, Soloist
*Spencer Dryden – Percussion
*Mic Gillette – French Horn
*Nicky Hopkins – Arranger, Piano
*Kathi Mcdonald – Vocals
*The Pointer Sisters – Vocals
*Prairie Prince – Drums
*Neal Schon – Guitar, Soloist
*Pete Sears – Bass, Guitar, Keyboards, Piano
*Lonnie Turner – Bass, Wind Chimes
*David Weber – Drums
*Dallas Williams – Vocals

Malheureusement, Dolan n’a pas vécu pour voir la sortie en Novembre 2016. Il est mort d’une insuffisance cardiaque en 2012.

Probablement, un des plus grands albums « jamais sortis ». Un must !!

JAMES DEWAR : Stumbledown Dancer (1998)

james_10

♥♥♥♥♥

Maintenant il est temps de parler d’un rare, je veux dire, d’un très rare album, et aussi d’un des plus bel album de rock que j’ai pu entendre dans ma vie.
Vous savez l’album de derrière les fagots !

De l’avis de beaucoup de gens, James Dewar était l’un des meilleurs chanteurs du rock and roll, et bien qu’il y en ait beaucoup qui ne connaissent pas son travail, des légions de fans soutiennent que la voix riche et puissante de Dewar était parmi les meilleures. À mon humble avis, la voix de Dewar était très similaire à « Paul Rodgers », mais avait un timbre costaud et émouvant qui le distinguait des autres. Inutile de dire qu’il était largement sous-estimé, mais son héritage musical prouve sans aucun doute qu’il était l’un des grands.

« Stumbledown Dancer » est le seul album solo du regretté et fabuleux chanteur/bassiste écossais du Robin Trower Band.
Cet album a été enregistré dans les années 70 et n’a pu être produit que vers le milieu des années 90.
Le morceau « stumbledown romancer » est véritablement mortel; une sorte de « Whiter shade of pale » avec la voix de JAMES DEWAR… immortel !!!!!!!
Ah et puis il y a le morceau « Hosanna » et puis le morceau …
C’est beau, facile à écouter et la voix de JAMES DEWAR unique.
Cet album vous rendra heureux et vous en voudrez plus. Mettez votre lecteur sur la position REPEAT.

NILS LOFGREN : Face the music (2014)

61TRjpLGAPL._SL1500_

♥♥♥♥♥

Nils Lofgren est un chanteur et guitariste américain né le 21 juin 1951 à Chicago. Voila ce qui est dit sur Wikipedia.

En fait, ce gars est pour moi un des plus grands génie musical qu’il m’ait été donné d’écouter.

oui dans le fond, pourquoi Neil Young et Bruce Springsteen l’ont voulu comme guitariste… tout simplement parce que ce gars là à une inspiration à la guitare hors du commun.

Certains le qualifient de « musiciens des musiciens »

Pourquoi passer a côté de ce musicien multi-instrumentiste d’immense talent ?
Quand on cherche sur le Net, on parle de lui essentiellement en tant que guitariste de Springsteen mais il est bien plus que cela, à l’instar d’un James Dewar avec Robin Trower.

Nils Lofgren est avant tout à voir sur scène. Il y donne sa pleine mesure.

Mais depuis ses débuts dans les années 60 avec son groupe GRIN, il nous délivre avec régularité des galettes de grandes qualité.

Jusqu’à l’apothéose sortie en 2014 : FACE THE MUSIC

Un coffret composé de 9 CD (dont 2 avec des morceaux inédits), 169 titres et 1 DVD + un livret de 136 pages.

Le résumé de près de 50 ans de carrière
L’objet est cher … mais tellement jouissif !!

Autant vous dire que j’ai trouvé l’album à mettre en haut de la pile des albums à emmener sur une île déserte

Ce box est véritablement fabuieux. Il met en lumière l’immense talent de compositeur de NILS et la très grande variété de ses compos.
Et quel musicien ! qu’il soit à la guitare ou au piano notamment, il est toujours capable de vous tirer la larme à l’oeil
Techniquement, Nils Lofgren possède un jeu aussi atypique qu’un Jeff Beck ou un Knopfler mais contrairement à eux, il ne joue pas strictement mains nues, sans plectre, mais avec un onglet de pouce

Nils Lofgren est l’un des héros les plus méconnus du Rock

Il est grand temps de réparer cette erreur !

PETER WOLf : Comme as you are (1987)

61jzd-HHXyL._SX425_

♥♥♥♥

Je viens d’acheter cet album en vinyl pour 2 € chez un disquaire d’Amsterdam.
Mais comment est ce possible que l’on trouve quasiment rien sur Internet sur cet album, hormis sur le morceau « come as you are » qui a été en son temps, et aux Etats Unis un gros tube et un clip sympa.
Cet album du Loup sorti en 1987 est, comme toute sa discographie, remarquable. Dans la pure tradition de ses albums solos. Un peu plus sophistiqués (au sens moins brut) et plus arrangés  que les albums du J GEILS BAND mais avec presque autant d’énergie.
Quel gifle ! en particulier la face A. avec l’enchaînement « can’t get started », « Love on ice », « Thick as thieves » et « blues avenue »
Le riff de « Thick as thieves » ouahhhh. rien entendu de pareil depuis celui de « Walk this way  » d’Aerosmith.
Cet album m’a convaincu de compléter ma collection des albums solos du Loup furieux