Jimmy Johnson : I’m a jockey (1993)

r-791610

♥♥♥♥

Jimmy Johnson a aujourd’hui 90 ans. Je ne sais s’il continue à écumer les Clubs de Chicago mais en tous cas il en est une des références.
Cet album « I’m a Jockey » a été enregistré à Chicago (il en est très peu sorti) en 1993.
Sur cet excellent album, cet ancien accompagnateur d’Otis Rush et d’Aretha Franklin, bénéficie de la présence de Lucky Peterson toujours aussi impressionnant de facilité et de l’harmoniciste Billy Branch en grande forme.
Il y combine Blues et Soul.
Les titres soul carburent à fond grâce à une belle section de cuivres et de superbes arrangements mais c’est sur les titres Blues que Jimmy donne sa pleine dimension, digne de ses grands inspirateurs : Otis Rush, Albert King et Magic Sam.
Le vibrant hommage à Albert King sur « as the years go passing by » (décidemment un de mes blues préférés) est absolument magique.
Mais le « Look over Yonder’s wall » pour ne citer que celui-ci est en tous points remarquables.
Un superbe album moderne d’un vétéran de 70 ans à l’époque .

MICHAEL POWERS : Onyx root (2004)

 

onyx-r11

♥♥♥♥

Le chanteur / compositeur et guitariste Michael Powers est l’un des piliers du grand club de blues de New York, Terrablues.
Au début des années 1960, Powers était le guitariste du groupe Ad Libs.
Depuis, Powers paye son dû et vit le blues, littéralement et au figuré.

Cet album est son meilleur, et à ma connaissance, seul témoignage. Onyx Root est un chef-d’œuvre.

Michael Powers est un guitariste et un chanteur extraordinairement brillant. Quelqu’un qui a développé son propre style de deep blues en écoutant du Hendrix.

Cet album deviendra probablement  un « classique moderne » du Blues, bien que totalement inconnu.
C’est le Hoodoo Man de Michael Powers.
Tout est juste, y compris la production.

Vous y trouvez des couvertures puissantes de classiques par Muddy Waters,Howlin Wolf et Willie Dixon aux trésors inattendus par Vera Hall, Leonard Cohen, et Count Five.
Les originaux de Powers sont tout aussi passionnants et mettent en valeur sa véritable force en tant que compositeur.
Au moment où vous arrivez vers la fin de l’album, vous avez intégré le funk, le rock, la soul et le R & B sans jamais vraiment ressentir de changement. Powers est pourtant incontestablement un bluesman et le blues en est la base.

Michael Powers est audacieux et ce disque est somptueux. L’un des albums de 2004

PETER WOLf : Comme as you are (1987)

61jzd-HHXyL._SX425_

♥♥♥♥

Je viens d’acheter cet album en vinyl pour 2 € chez un disquaire d’Amsterdam.
Mais comment est ce possible que l’on trouve quasiment rien sur Internet sur cet album, hormis sur le morceau « come as you are » qui a été en son temps, et aux Etats Unis un gros tube et un clip sympa.
Cet album du Loup sorti en 1987 est, comme toute sa discographie, remarquable. Dans la pure tradition de ses albums solos. Un peu plus sophistiqués (au sens moins brut) et plus arrangés  que les albums du J GEILS BAND mais avec presque autant d’énergie.
Quel gifle ! en particulier la face A. avec l’enchaînement « can’t get started », « Love on ice », « Thick as thieves » et « blues avenue »
Le riff de « Thick as thieves » ouahhhh. rien entendu de pareil depuis celui de « Walk this way  » d’Aerosmith.
Cet album m’a convaincu de compléter ma collection des albums solos du Loup furieux