Janiva Magness : Stronger for it (2012)

♥♥♥♥

Dès le 1er morceau de cet album, j’ai de nouveau été accro de ce nouvel album de Janiva.  Une fois de plus, la voix de Janiva résonne avec une puissance et une honnêteté brute. Tous ses albums sont du « high level ».

J’ai été très impressionné par la puissance et l’émotion qui se déploient sur cet album.

Ecoutez par exemple « I won’t Cry », morceau lourd, poisseux, bayou qui vous colle à la peau. « Make it rain » ferait se déhancher un glaçon !

En plus de ces merveilleuses compositions, Magness s’autorise quelques reprises éblouissantes de Tom Waits, Matthew Sweet, Ike Turner, Shelby Lynne Moorer et Ray Wylie Hubbard, entre autres.

Javina aurait déclaré que 2011 était l’une des années les plus difficiles de sa vie et elle parvient, ceci explique cela ?, à  nous délivrer un nouvel album très inspiré.

Si vous n’avez jamais entendu parler de Janiva Magness, vous manquez vraiment quelque chose de très spécial. C’est quelqu’un qui a gagné le droit de chanter le blues comme elle les a certainement vécus. Diffusez la nouvelle, car elle EST la «vraie belle découverte» à faire.

Terry Dolan : Terry Dolan (1972)

♥♥♥♥

Terry Dolan a fait un disque en 1972 qui n’est jamais devenu un disque. Au moins pas jusqu’à quarante-quatre ans plus tard.

L’histoire de la musique est parsemée d’albums perdus mais que faire si non seulement un album de référence a disparu à temps, mais avec lui un artiste et le potentiel de toute une carrière?

Né et élevé dans le Connecticut, Terry Dolan a pris une guitare à l’âge de 14 ans, absorbant des chansons de Hank Williams et Leadbelly. Inspiré par la scène folklorique naissante du début des années 60, il a abandonné l’université pour poursuivre une carrière. En 1965, il s’installe à San Francisco, trouvant rapidement une place dans les cafés de la ville

Cet album et unique album de Terry Dolan a été coproduit par Nicky Hopkins et Pete Sears (un multi-instrumentiste figurant sur les premiers travaux de Rod Stewart). Il comprenait un casting de rêve de musiciens de la côte ouest des années 70.

Excusez du peu :

Terry Dolan – Guitar, Vocals
*John Cipollina – Guitar, Slide Guitar
*Angie Dolan – Handclapping
*Greg Douglass – Guitar, Soloist
*Spencer Dryden – Percussion
*Mic Gillette – French Horn
*Nicky Hopkins – Arranger, Piano
*Kathi Mcdonald – Vocals
*The Pointer Sisters – Vocals
*Prairie Prince – Drums
*Neal Schon – Guitar, Soloist
*Pete Sears – Bass, Guitar, Keyboards, Piano
*Lonnie Turner – Bass, Wind Chimes
*David Weber – Drums
*Dallas Williams – Vocals

Malheureusement, Dolan n’a pas vécu pour voir la sortie en Novembre 2016. Il est mort d’une insuffisance cardiaque en 2012.

Probablement, un des plus grands albums « jamais sortis ». Un must !!

LES DUDEK : Ghost Town Parade (1978)

dudek10

♥♥♥♥♥

Peut être l’album de l’année 1978

Les Dudek est un superbe guitariste. Il devait remplacer Duane Allman au sein des Allman Bros. Cela ne s’est finalement pas fait mais beaucoup de groupes de southern rock ont essayé de l’enrôler… sans succès
Et finalement tant mieux, vu la qualité de ses albums solos
Il a sorti dans les années 70 des albums de tout 1er ordre

Celui-ci est de mon point de vue son chef d’oeuvre.
Rien à jeter. L’album démarre par l’immense « Central Park » , une défonce totale, et se poursuit par une flopée de morceaux qui vous empêcheront de vous asseoir tout au long de l’écoute. Ecoutez le solo de Les dans  tears turn into diamonds !!! Une claque
Faut dire aussi que quand on voit la liste des musicos qui assurent derrière Les, cela laisse rêveur :
Mickael finnegan, Jim Kruger, Carmine appice, Jeff Porcaro, Jim Keltner, Jack Bruce …

36 ans après, cet album dégage toujours la même fureur.

INCONTOURNABLE !!!!!!!!!!!!!
Hey Taxi Central Park

JAMES DEWAR : Stumbledown Dancer (1998)

james_10

♥♥♥♥♥

Maintenant il est temps de parler d’un rare, je veux dire, d’un très rare album, et aussi d’un des plus bel album de rock que j’ai pu entendre dans ma vie.
Vous savez l’album de derrière les fagots !

De l’avis de beaucoup de gens, James Dewar était l’un des meilleurs chanteurs du rock and roll, et bien qu’il y en ait beaucoup qui ne connaissent pas son travail, des légions de fans soutiennent que la voix riche et puissante de Dewar était parmi les meilleures. À mon humble avis, la voix de Dewar était très similaire à « Paul Rodgers », mais avait un timbre costaud et émouvant qui le distinguait des autres. Inutile de dire qu’il était largement sous-estimé, mais son héritage musical prouve sans aucun doute qu’il était l’un des grands.

« Stumbledown Dancer » est le seul album solo du regretté et fabuleux chanteur/bassiste écossais du Robin Trower Band.
Cet album a été enregistré dans les années 70 et n’a pu être produit que vers le milieu des années 90.
Le morceau « stumbledown romancer » est véritablement mortel; une sorte de « Whiter shade of pale » avec la voix de JAMES DEWAR… immortel !!!!!!!
Ah et puis il y a le morceau « Hosanna » et puis le morceau …
C’est beau, facile à écouter et la voix de JAMES DEWAR unique.
Cet album vous rendra heureux et vous en voudrez plus. Mettez votre lecteur sur la position REPEAT.

Jimmy DAWKINS : Tribute to orange (1972)

R-6757606-1426066979-3383.jpeg

♥♥♥♥♥

Cet album est à mon sens un des chefs d’oeuvre de Jimmy Dawkins (guitariste de Chicago) qui lorsqu’il le veut (en concert il est très variable selon son humeur) a été et reste un des plus grands bluesman
Cet album fut a l’origine enregistré en France pour le label Black&Blue lors des tournées du Chicago Blues Festival en 1971 et 1974; Les 8 premiers titres avec Clarence Gatemouth Brown (guitare) et Cousin Joe (piano)à Toulouse,les 5 derniers avec Otis Rush ,à Paris.

« Marcelle Morgantini’s cassoulet » est en particulier un titre extraordinaire improvisé en hommage à la cuisine de la femme du superviseur artistique Jacques Morgantini.
L’ensemble de l’album est une référence dans toute bonne discothèque de blues qui se respecte.